Mesures PA sur le Rhône

Les crues historiques du Rhône de ces dernières années, en 1987, 1993 et plus particulièrement en l’an 2000, ont clairement montré les limites de capacité et de résistance des digues du Rhône : débordements, ruptures de digues et signes d’instabilité généralisés. En plus du déficit de sécurité, le Rhône présente un déficit écologique prononcé.

Enfin, la plaine a de nombreuses fonctions socio-économiques à remplir : outre le bâti et les infrastructures, elle accueille une agriculture intensive, la valorisation du potentiel hydroélectrique du Rhône, le développement de tourisme et l’amélioration de l’environnement et du paysage.

Le projet de 3e correction du Rhône a un triple objectif : sécuritaire, environnemental et socio-économique.

La solution retenue au terme d’un processus d’analyse de variantes a été présentée dans le Plan d’Aménagement Rhône 3 (PA-R3) mis en consultation publique en 2008. Il s’agit d’un aménagement combinant des abaissements du fond, des élargissements linéaires et des élargissements ponctuels.

Ce projet a été validé par les Conseils d’Etat vaudois et valaisan en novembre 2012 et adopté par le Conseil d’Etat valaisan conjointement avec la Fiche Rhône du Plan directeur le 2 mars 2016.

Le projet adopté permet de garantir la sécurité de toute la plaine jusqu’à la crue centennale. Les centres urbains et les grandes industries sont protégés jusqu’à la crue extrême. Les corridors d’évacuation de crues supérieures aux crues de dimensionnement sont circonscrits pour protéger les zones aux plus grands dommages potentiels.

Les profils type du fleuve et des digues prennent en compte le bilan des matériaux de chantier et la qualité des matériaux disponibles. Les quantités moyennes extraites actuellement par les gravières excèdent les apports des cours d’eau latéraux, de sorte que les volumes à extraire à l’avenir seront inférieurs aux prélèvements actuels. Certains emplacements devront être ajustés. L’entretien des berges pourra être plus souple, puisque le fleuve nettoiera lui-même son lit mineur élargi.

L’intervention d’urgence sera toujours nécessaire pour assurer la stabilité du lit en cas de catastrophe.

Le PA-R3 définit la vision concrète de l’aménagement du Rhône sur le très long terme. La réalisation des mesures se fera en deux étapes principales :

  • mesures de priorité I (MP I) : début des travaux fixé entre 3 et 5 ans dès adoption du PA-R3,
  • mesures de priorité II (MP II) : début des travaux fixé entre 7 et 10 ans dès adoption du PA-R3.

La mise en œuvre de ces mesures a déjà débuté en 2009 dans le secteur de Viège et sera poursuivie durant les 20 prochaines années sur les autres secteurs.

En autre des mesures anticipées consistent en la réalisation anticipée de l’aménagement prévu par le PA-R3 dans des secteurs à forte densité d’habitation au voisinage immédiat de la digue (degré de danger élevé). La réalisation des mesures anticipées s’organisent en deux étapes : MA I et MA II. Certaines ont déjà été réalisées (MA I Sion), d’autres ont été mises à l’enquête publique.

Le pilotage technique du projet est assuré par la direction de projet rattachée au SRTCE du Canton du Valais. Pour la partie vaudoise, la direction technique est assurée par la DGE. Le projet est réalisé avec l’appui de la Confédération, par l’intermédiaire de l’OFEV.

Source : Rapport de Synthèse du Plan d’Aménagement Rhône 3.

Mesures d’Aménagements Rhône 3

Lieu Valais
Date 2008 – 2030
Maître d’ouvrage Etat du Valais & Canton de Vaud
Partenaires Divers groupements :
Ing_VS et partenaires
GRC
MRS
Ing_ViSp7 & Partners
Coût 2.2 mrd